LES GRANDES REALISATIONS DE S.E. PAUL BIYA

Posté par nsamtwolz le 4 octobre 2011

 

les 18 projets points forts des grandes réalisations de  S.E. PAUL BIYA des annees a venir pour lesquelles il demande sa reelection à la population camerounaise par un vote massif le 9 octobre 2011 ;  il compte changer le visage economique du cameroun  et va creer à partir 2012, 1 million d’emplois nouveaux chaque année  dé 2012 à 2020 pour l’atteinte du taux de  croissance de 4,5% à 9,98% voire plus.

 

A partir  des 10 plus importants contrats signés par  S.E PAUL  BIYA  entre le Cameroun et la Chine  pour  que l’Economie du Cameroun  passe du programme politique des Grandes Ambitions aux Grandes Réalisations créera, plus de 40.000 emplois jeunes et, surtout faire du Cameroun un pays émergent en 2020.

1.   Exploitation d’une mine de Cobalt pendant 30 ans ; les Chinois vont la construire au Cameroun dès Janvier 2012 :

2.   Usine de Production de Voitures à Kribi.

3.   Usine de production de Camions à Bamenda.

4.   Chantier Naval à Kribi pour produire des bateaux Porte-conteneurs

5.   Autoroute triangulaire à 6 voies reliant : Douala-Yaoundé-Bamenda-Douala.

6.   Train reliant Kribi à Ndjamena et, à Brazzaville

7.   Train reliant Douala à Nyala (au Soudan) en traversant 5 pays.

8.   Transformation au Cameroun de la mine de Bauxite de Fongo-Tongo en Alumine

9.   Constructions des égouts dans les principales villes du Cameroun

10.                Dotation d’un Hôpital Général dans chaque chef Lieu de Région

11.               Construction des maisons populaires dans chaque grande ville

12.                L’exploitation des 7 importants puits de pétrole au Nord Cameroun se fera 50%-50% entre les 2 pays.

 N.B : le Tchad n’a que 8% de son propre pétrole dans l’accord avec les Sociétés Occidentales.

 

13.               La troisième cimenterie au Cameroun, avec une capacité estimée entre 600.000 et 700.000 tonnes par an est annoncée pour être livrée en 2014 et pour plus de 50 milliards de francs CFA (100 millions USD) d’investissements.

 

14.               Création de 10  grandes unités industrielles de transformation de 235.000 tonnes de cacao et, pour un revenu moyen de 3.525 milliards FCFA l’année ; pour un investissement de 24 milliards FCFA, des  agriculteurs  aux unités de production des poudres de cacao, des beurres et huile thérapeutique pour près de 4 millions d’emplois jeunes.

         Ces unités seront installées dans les Régions du Sud, Centre, Sud-Ouest,     Ouest, Littoral, Nord-Ouest.

N.B : Ce projet a été  motivé par les travaux  de recherches d’un groupe de chercheurs camerounais qui ont développé une technologie de transformation de la production nationale totale du cacao de, la poudre au beurre thérapeutique (C30, C30+, C60+) et l’huile thérapeutique élaborée à 100 % naturel à partir des fèves de cacao plus efficace que les meilleurs produits importés.

 Composition minérale de cette huile : des cendres, potassium, sodium calcium, magnésium, fer, phosphore, zinc, cuivre, manganèse, … qui jouent un rôle important dans la physiologie du corps humain.

   Toute la population du continent Africain sera bien traitée et bien nourrie,

 

15.               A partir 2012, 16 entreprises de fabrications et prestations de services vont être installées dans les dix régions du Cameroun  pour un investissement de 11 ,7  milliards FCFA pour 55.738 emplois nouveaux en 3 ans ; soit au moins 15 milles ingénieurs et 20 milles techniciens.

 

16.               Extension par la CNPS de la Sécurité Sociale pour tous les travailleurs du secteur informel, résultat de l’étude  faite par la SOCAPSSI  de la faisabilité en application au Cameroun depuis septembre 2010. Assurance retraite des travailleurs du secteur informel au Cameroun tels : Mécaniciens, Maçons, Plombiers, Électriciens, Coiffeurs, Commerçants, Boutiquiers et télé boutiquiers, Agriculteurs, cultivateurs, ménagères, moto taximan, stagiaire et agents de bureaux, enseignants vacataires, journalistes du secteur de communication (presses, radiotélévision), musiciens, Chauffeurs, Transporteurs, Structures formelles sous-traitées, Micro entreprises et autres, représentant 90 % de notre population ; elle va favoriser la productivité et la cohésion sociales et servira de lubrifiant  financier à une hauteur par mois de 945 milliards FCFA/An en moyenne sur 10 millions d’assurer.

 

 Avec ce développement participatif de  la population camerounaise pour l’économie, l’état tirerait de profit pour refinancer d’autres projets en attente. L’amélioration de l’offre de santé : tous les assurés CNPS pourront se soigner dans des formations hospitalières aussi bien publiques que privées, sur présentation de leurs cartes de sécurité sociale ; Le payement des factures des prestations médicales sera garanti par la CNPS ; Les factures des pharmacies agrées par l’État seront seules prises en charge par la CNPS ; Les médicaments de la rue disparaitront d’eux-mêmes ; La bancarisation de notre économie; La vulgarisation de la monétique; Le recours à l’État Civil : sa sécurisation et sa fiabilité. Cela est indispensable pour garantir un développement économique et social durable.

 

17.               L’application par l’Etat à partir de 2012 du projet de NSAMT’WOLZ sur l‘étiquetage des marchandises permettant de Sécuriser, Maitriser et Authentifier le flux des marchandises qui transitent à travers les points de sorties (Maritimes, Terrestres et Aériennes) du Cameroun, plus précisément les marchandises soumises à l’exportation, va à coup sûr rétablir l’AUTO-SUFFISANCE ALIMENTAIRE au Cameroun en intensifiant la lutte contre la vie chère au Cameroun tout en vendant le < label Cameroun>.

 

  1. RESEAUX  D’INFORMATIONS ET DE  COMMUNICATIONS, DE CONNAISSANCE NATIONALE, DE  MANAGEMENT D’ACTION GOUVERNEMENTALE, D’OBJECTIFS, D’ANALYSES   STATISTIQUES   ECONOMIQUES.

Les quatre éléments de base et les elements moteurs du projet de société  de  S.E  PAUL  BIYA  pour une économie de connaissance dans l’ensemble du territoire NATIONAL.

Ces quatre éléments de base permettront d’éduquer et de former rapidement entre 3 à 6 mois (la société civile, les classes économiques, les classes politiques et l’environnement); L’éducation devient le support principal de ce développement  parce qu’elle a un impact sur les définitions collectives qui deviennent la culture de cette société.

Ces quatre éléments moteurs qui seront de mêmes dimensions. Ce sont quatre réseaux de connexion en communication (les réseaux des institutions gouvernementales, les réseaux sociaux, les réseaux des marchés et les réseaux écologiques)

Entre les quatre éléments de base et les quatre éléments moteurs, il existe aussi des liens dynamiques de la gérance des ressources, de l’opinion publique, de l’activité économique, des politiques gouvernementales.

 En créant des opinions dans les différentes populations nationales et de la diaspora patriotes, les réseaux sociaux du Cameroun qui sont entrains de secouer actuellement le  pays, nous devons mettre un réseau d’information et de communication permettant à interconnecter toutes les actions et toutes les activités globales des éducations aux projets des sociétés privées  du système économique national du Cameroun.

Actuellement, nos sociétés camerounaises  sont en rupture parce que toutes ses dimensions entrent en rupture en même temps. Le matériel principal du  développement du nouveau modèle de nos sociétés futures en, Information et en Communication, d’où son nom « société de l’information » (elle devra être appelée société de la connaissance).

Ce modèle que veut apporter le président PAUL  BIYA, ce sont les énergies et l’argent que toutes les composantes apporteront dans notre activité économique ; chaque élément qui rendra notre société différente des autres. Le modèle devra décrire l’évolution de la société parce que chaque élément est relié à tous les autres par des liens dynamiques qui génèrent leurs mutations. Graphiquement, ces liens sont placés dynamiquement. Chaque élément peut être aussi analysé par triangulation, c’est-à-dire en tenant compte de toutes les relations auxquelles il participe. Ces triangulations révèlent d’autres facteurs importants de ces dynamismes.

1-   Société civile et économie = importance des niches;

2-   Société civile et biosphère = écocitoyenneté;

3-   Société civile et classes politiques = participation citoyenne ;

4- Société civile et institutions politiques = prise de parole.

Le passage du Cameroun  à l’ère post-industrielle dépend des négociations autour des différents projets de  société ; négociations entre les élites politiques, économiques et la société civile. Le président PAUL BIYA à pensé que La prise de parole des citoyens ne doit pas être individuelle  mais collective (c’est-à-dire via leurs groupes d’intérêts), condition pour l’apparition d’une  véritable démocratie participative. Cette prise de parole exigera d’importants changements de comportements de la part du citoyen camerounais et de toute la population; là résidera la possibilité de révolution, c’est-à-dire d’évolution accélérée en tirant la croissance économique. La crise actuelle n’est donc pas économique, elle est surtout culturelle. Le grand chantier de la cohabitation culturelle, est là sous nos yeux. Il nous offre un défi et une mission nouvelle. C’est un défi qui concerne l’éducation du genre humain et il ne peut être relevé convenablement, que si nous ouvrons la porte à une mutation radicale de la conscience, Seul l’amour peut voir l’unité dans la diversité. Les intellects devront toujours mettre plus d’accent sur cette diversité et sur l’unité nationale. Ces tentatives intellectuelles pourront encourager la tolérance de la grande valeur. Il faut encore et encore enseigner la richesse de la diversité culturelle. Mais il n’est pas évident que cela suffise à résoudre le problème qu’elle s’enracinera dans l’esprit de tous.

le modele de réseaux de sociétés, de l’information et de la connaissance

La nouvelle complexité de ce type de société que propose S.E PAUL BIYA  va faire sur le système économique camerounais, le pôle technologique qui devrait vivre selon des cycles de 1.5 an, le pôle économique, selon des cycles de 3 ans et le pôle sociétal, selon des cycles de 9 ans. Une approche économique à l’analyse de toutes les crises qui secouent présentement nos sociétés Africaines, ce modèle utilisera simultanément trois filtres d’analyse : technologique, économique et sociétal. Ainsi, on pourra connaître l’évolution d’une entreprise en comparant les chiffres des éléments de la dynamique de l’année X avec ceux de l’année Y, ou connaître sa compétitivité en comparant celui des autres éléments de cette entreprise. On peut aussi se demander si une société ou l’un de ses projets a un avenir lorsqu’un ou des éléments  sont absents. Cette modélisation débouche sur quatre scénarios de société possibles : une société de sécurité, de consommation, de participation. L’Etat a entre autre la tâche du suivi-évaluation des informations et leurs traitements, ce qui lui permet de prendre rapidement les décisions qui s’imposent et en temps réel. Pour réaliser avec satisfaction ces missions, il doit développer un management stratégique d’action gouvernementale à partir d’un système informatique robuste, sécurisé et fiable avec des hommes compétents, sûrs et, venant de toutes les origines culturelles camerounaises, propose le chef de l’Etat.  Ce système devra constituer un cadre solide d’automatisation de l’ensemble du système d’information qui communiquera avec l’extérieur tout en garantissant au maximum un très haut niveau de sécurité (imperméabilité). Ce système devra donc jouer un rôle primordial dans l’atteinte des objectifs de l’Etat et de la population camerounaise. Les performances d’un système informatique peuvent être altérées, mais  les modifications successives pourront être apportées à la configuration des ressources car il est sollicité en permanence par ses utilisateurs.

JEAN  PIERRE  ATSAFAK

Maintenancier et Architecte des réseaux de courant fort et faible.

      Chercheur  sur les procédés de processus industriel

Et en Génie électrique et électrothermique.

Consultant de projet technique industrielle et dans le développement communautaire

BP, 12629 BONANJO DOUALA-CAMEROUN, TEL: (237)77 69 84 64

(237)99 93 97 52

 Email; hi.sixtheen@gmx.fr

 

Laisser un commentaire

 

The World News Times |
Conserver notre cadre de vi... |
Y'en a MARRE !!!!!!!! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sauver mon exploitation
| PASSION OCEAN
| Par Ici